Le funambule de l'impossible

Le funambule de l'impossible

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Le funambule de l'impossibleMichel MENIN, funambule mondialement connu a eu une solide formation horticole au Collège Horticole d’Écully (69), puis s’est perfectionné dans diverses sessions d’études et par un stage au Lycée Horticole de Roville-aux-Chênes (88) en art des jardins. En 2004 il a été sélectionné au concours d’un des Meilleurs Ouvriers de France.

En 1968, occupant les interminables temps morts de son service militaire par la lecture entre autres d’ouvrages horticoles, il découvre qu’existait au 13ème siècle près du château des Comtes d’Artois à Hesdin un extraordinaire jardin de machines, avec des automates, des pièges, farces, trompe-l’œil et labyrinthe. Alors germe en lui l’idée de recréer un jardin de ce type, ouvert au public, et présentant aussi quelques jardins décoratifs parmi les plus beaux du monde.

Mais il fallut d’abord attendre quelques années pendant lesquelles il exerçait le métier de pépiniériste pour avoir la possibilité de réaliser ce rêve.

En 1980 Michel MENIN qui est depuis longtemps spéléologue est engagé pour effectuer des travaux d’exploration aux Grottes du Cerdon (01) puis il perce deux tunnels de 40 m pour le passage des touristes, c’est une expérience qui lui servira beaucoup dans son projet plus tard.Les grottes du Cerdon

La magie du filC’est après qu’il se découvre une étonnante capacité à marcher sur un fil, et que démarre une carrière d’artiste internationale que Michel MENIN acquiert les moyens de commencer la réalisation de son projet de jardin.

Michel MENIN connaît comme sa poche le Jura, car la recherche de cavités demande aux spéléologues un ratissage de toute la région, cela lui permet d’étudier l’implantation de son jardin dans différents sites, tous sont des carrières abandonnées, parce que ces sites offrent un relief rocheux souvent très joli, mais caché sous la friche, voir enseveli par les décharges d’ordures ou de terre qu’il serait plus intéressant de mettre en valeur.

Après de nombreux refus de divers propriétaires, le Maire de Saint-Maur accepte de louer les anciennes carrières de sa commune à Michel MENIN, et le 23 novembre 1991 le bail est signé.

Guido sterkendries

A partir du lendemain, Michel Menin s’attaque seul au défrichage des 7 hectares de pierriers recouverts de buissons, accumule des piles de dossiers de projets, fait des plans, achète un vieux camion, puis une vieille pelleteuse, et commence à donner un autre visage au site.

Guido Sterkendries

Il reçoit aussi pendant des années l’aide de l’association de réinsertion F.E.R.A.I.S., dont le personnel en grande difficulté social parvient à réaliser un important défrichage, et à construire des murs de pierres sèches imposants et bien intégrés au paysage.

Parallèlement son activité de funambule lui permet de visiter des jardins dans le monde entier et d’en tirer des idées pour son projet.

Michel MENIN trouvera aussi des idées dans la jungle, milieu qu’il commence à bien connaître après plusieurs expéditions en Amérique du Sud et Mexique où il accompagne plusieurs fois le célèbre photographe de nature Guido Sterkendries.

  
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Retour au sommaire